10e Congrès international
de la SITP

Ottawa, Canada

4 au 9 août 2016

Thème
Découvrir, vivre et annoncer l’Évangile dans un monde transformé par les nouveaux médias numériques

Le réseau Internet a vu le jour au milieu du siècle dernier. Plusieurs applications exploitant ce réseau se sont depuis largement démocratisées : courrier électronique, partage de fichiers et le Web pour ne nommer que celles-là. Pour la petite histoire, rappelons que, si en 1992 on comptait 26 sites Web, on en recensait plus de 1 milliard en septembre 2014.

Le Web 2.0 et ses multiples possibilités de réseautage et d’interactions ont accéléré une culture du « tout branché », modifiant le rapport de l’humain au temps et à l’espace. Le Web est devenu un moyen de révolution sociale, de démocratisation de la diffusion des connaissances, de prises de parole publique presque sans frontière et de rencontres instantanées. Véritable révolution technologique, les différentes percées et innovations de l’ère numérique modifient en profondeur notre compréhension du monde, notre manière de l’habiter et d’y interagir. Ce contexte soulève plusieurs questions majeures pour vivre et annoncer l’Évangile.

Au plan local, comment cette révolution influence-t-elle les pratiques pastorales de proximité et les modalités du rassembler et du vivre ensemble? De nouvelles avenues intégrant les technologies de l’environnement numérique sont explorées ici et là. Plusieurs semblent porteuses d’intuitions fécondes autant pour entrer en relation avec les jeunes générations que pour proposer des expériences de foi au plus grand nombre.

Au plan plus large de l’édification de l’Église et des sociétés, comment inculturer le message de l’Évangile dans ce « nouveau monde » que nous découvrons en même temps qu’il se développe? Des postures originales deviennent incontournables : constante adaptation, ouverture, apprentissage de langages renouvelés et de modalités de socialisation adaptées.

Le congrès 2016 de la Société internationale de Théologie Pratique souhaite se consacrer à l’exploration, à la compréhension et à l’interprétation théologique des pratiques nouvelles prenant en compte l’environnement numérique tant dans les sphères profanes que religieuses. En variant les types de communication, le style privilégié sera celui du travail de concertation et de construction du discours théologique à partir des pratiques : conférences, ateliers de travail, tables rondes, forums de discussion. Cette proposition conduit à structurer la démarche du congrès selon trois grands axes pour lesquels nous faisons appel à contributions.

1. Dans un questionnement pratique, on proposera des analyses fondées sur les évolutions actuelles des pratiques pastorales, sociales et spirituelles, dans leurs dimensions interpersonnelles, communautaires et missiologiques. Comment le Web est-il porteur de l’Évangile et de ses valeurs? Comment interpréter théologiquement les nouvelles pratiques de l’environnement numérique? Quels discours théologiques développer au cœur du foisonnement de prises de paroles sur le spirituel et le religieux?

2. D’un point de vue plus fondamental ou théorique, on présentera des analyses et des réflexions dans le champ de la théologie pratique sur ce qu’engendre ce nouvel environnement numérique. Cette approche renvoie à plusieurs problématiques qui touchent aux dimensions éthiques, relationnelles, identitaires et ecclésiologiques.

3. Au plan méthodologique, on s’interrogera sur les possibilités et les implications des nouvelles technologies pour les recherches en théologie pratique. Comment cette dernière sonde-t-elle ces réalités pour mieux les comprendre, réinterpréter les pratiques et les renouveler? Les nouvelles technologies influencent-elles les méthodes en théologie pratique? Des chercheurs les ont-ils utilisées? Qu’en ont- ils retenu? Que proposent-ils?

Démarche

Tel que suggéré dans l’élaboration de la problématique, il est privilégié un style de congrès d’une facture différente des précédents en variant les types de communication. La matinée permettrait de couvrir les trois axes énoncés: pratique, théorique et méthodologique soit sous forme de conférences ou de tables rondes (environ 1 heure) pour ensuite ouvrir un dialogue avec l’assemblée par des « buzz » suivis de remontées qui donneraient éventuellement la parole aux présentatrices ou

présentateurs.

Les après-midi seraient consacrés à des ateliers de travail : une brève présentation sur l’un des axes (20-25 minutes) par une ou deux personnes sollicitant, par la suite, les participants-tes de contribuer à élargir la thématique par des apports diversifiés en vue de construire un discours de théologie pratique sur le sujet abordé.

Colloque International de Théologie Pratique

Congo
26 au 28 mai 2015

Thème
Dignité humaine dans une société en développement

Organisé par l’Université catholique du Congo (UCC) et l’Université protestante au Congo (UPC)

L’objectif de ce Colloque de théologie pratique est double : d’abord, valoriser une manière de faire la théologie qui part d’en-bas, des pratiques individuelles et collectives des croyants; pratiques aussi bien ecclésiales que sociales dans lesquelles nous pouvons repérer comme africains des résonances religieuses en vue de réfléchir sur leur pertinence dans le monde d’aujourd’hui. Il s’agit de montrer qu’une bonne théologie est celle qui ne se contente pas d’être spéculative, mais qui s’efforce d’articuler théorie et pratique. Ensuite, le Colloque cherchera à suggérer des pistes concrètes pour des actions ecclésiales transformatrices de l’homme et de nos sociétés notamment dans le domaine de la dignité humaine.
9e Congrès international
de la SITP
Drongen, Belgique
5 au 10 juin 2014

Thème
Autorité et pouvoir dans l’agir pastoral

La question de l’autorité et du pouvoir se pose depuis que, par le don de l’Esprit, la prise en charge de la communauté chrétienne a été confiée aux apôtres. La constitution du canon des Écritures a posé les fondements de l’autorité en christianisme.

Dès les origines, mais plus particulièrement depuis le 13e siècle, le recours à la maison, et en particulier à la philosophie, a constitué un autre point d’appui. Les formes d’organisation ecclésiale et l’articulation des autorités entre elles ont évolué au long de l’histoire en fonction de la relation entre les communautés ecclésiales et leur contexte sociopolitique, conduisant à des arbitrages difficiles entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel et à des conflits qui ont donné naissance aux diverses Église chrétiennes.

La pluralité des modèles qui en résulter est aujourd’hui interrogée au vu de l’effacement de la référence à la transcendance et de la privatisation du religieux dans les sociétés sécularisées; la crise des appartenances questionne également les Églises dans leur gestion de l’autorité et du pouvoir. Dans ce contexte de remise en cause, nous nous intéresserons tant aux fondements des autorités en matière de foi qu’à l’exercice de l’autorité. La démarche du Congrès est structurée selon trois grands questionnements :
Dans un questionnement plus fondamental, il s’agit de proposer des apports sur ce qui fait autorité. Cette question fondamentale renvoie à la problématique de l’autorité de la Parole et de la tradition, à l’articulation entre les différentes autorités, à ce qui fonde l’autorité de l’Église dans la société, à la question de la vérité et sa relation à l’authenticité, au rapport entre loi et conscience, entre charisme et institution…

– Dans un questionnement plus pratique, l’enjeu est de proposer des analyses fondées sur les évolutions actuelles dans la gestion de l’autorité dans l’agir pastoral (ecclésiologie des ministères, statut du droit canon et du droit civil, rapport hommes-femmes et ministres-fidèles, coresponsabilité et conseils, synodalité, remodelage du système paroissial), sur les difficultés ou les tensions actuellement rencontrées (abus d’autorité, nouvelles spiritualités, appartenances multiples et conflits de loyauté, déontologie et professionnalisation de l’agir pastoral, opinion publique, sensus fidei et consensus fidelium
…)
– Dans un questionnement plus méthodologique, nous ferons droit à la recherche en théologie pratique : autorité des sources

Les actes du colloques ont été rendues publiques et publiées.

Autorité et pouvoir dans l’agir pastoral

Auteurs : Arnaud JOIN-LAMBERT, Axel LIÉGEOIS & Catherine Chevalier
Pages : 372
ISBN : 978-87324-553-5

Description :

Pouvoir et religion ont donné dans l’histoire des mélanges douteux et parfois douloureux. Il serait naïf de ne pas se confronter à cette relation ambivalente hier comme aujourd’hui. Plus subtilement, la crise de l’autorité et des autorités renforce l’urgence d’une réflexion approfondie et fondée dans des expériences concrètes. En christianisme, les formes d’organisation ecclésiale et l’articulation des autorités entre elles ont évolué au long de l’histoire, influencées aussi par les contextes sociopolitiques. La pluralité des modèles qui en résulte est aujourd’hui interrogée au vu de l’effacement de la référence à la transcendance et de la privatisation du religieux dans les sociétés sécularisées. La crise des appartenances questionne également les Églises dans leur gestion de l’autorité et du pouvoir.
Cet ouvrage collectif, écrit par des théologiens pour la plupart membres de la Société Internationale de Théologie Pratique, aborde l’autorité et le pouvoir dans l’agir pastoral selon un triple questionnement : d’abord méthodologique, sur la théologie pratique elle-même et ses propres critères de validation scientifique ; puis fondamental, sur ce qui fait autorité en christianisme, notamment la Bible, le droit canon, la liturgie, les ministères, etc. ; enfin pratique, par des études de cas dans les Églises protestantes, catholique et orthodoxe. Ce livre pourra éclairer la réflexion et les pratiques ecclésiales confrontées aujourd’hui à de multiples questionnements.

Les trois codirecteurs de cet ouvrage sont engagés dans le domaine de la théologie pratique en Belgique. Arnaud Join-Lambert est professeur à l’Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve. Axel Liégeois est professeur à la KU Leuven (Université catholique néerlandophone de Louvain) et conseiller éthique chez les Frères de la Charité à Gand. Catherine Chevalier est docteure en théologie et formatrice au Centre universitaire de théologie pratique de l’Université catholique de Louvain.

8e Congrès international
de la SITP
Beyrouth, Liban
4 au 9 mai 2012

Thème
“Vivre ensemble”

Un peu plus de 70 congressistes, enseignants, chercheurs ou doctorants en théologie pratique, venant d’une vingtaine de pays différents, ont eu l’occasion de se pencher sur le thème du « vivre ensemble ». Un vaste sujet traité sous différents angles, à commencer par des regards croisés sur la situation libanaise pour laquelle le vivre ensemble est une réalité vécue tout en restant un défi continuel, tant au niveau socio-politique que religieux. Les communications d’anciens ministres, de théologiens, de sociologues nous ont permis, non seulement de prendre conscience des enjeux en présence, mais aussi d’envisager certains principes dont la mise en œuvre s’avère fructueuse pour un dialogue et un vivre ensemble qui permettent rarement d’éliminer tous les problèmes qui mais encouragent un vécu plus harmonieux. En dépassant le contexte spécifiquement libanais, de nombreux membres de la SITP ont prolongé ces réflexions en abordant le vivre ensemble dans ses différentes dimensions, que ce soit au niveau interreligieux, au niveau ecclésial, mais aussi aux niveaux socio-culturel et éthique. Des moines de Tibherine aux communautés écoféministes en Amérique du Nord, en passant par les béguinages familiaux en Belgique ou encore les adolescents palestiniens, les laïcs désengagés de la pastorale au Québec, les mariages mixtes au Cameroun… autant de situations, qui, avec bien d’autres, ont données l’occasion de réfléchir aux difficultés mais aussi aux joies d’un vivre ensemble épanouissant. Que ce soit en conférences plénières ou en ateliers, les 44 communications proposées ont stimulé tous ceux qui ont eu le privilège de les écouter mais aussi d’échanger et de rebondir sur les différents aspects du sujet, qu’ils soient basés sur des situations concrètes ou proposant parfois une réflexion plus fondamentale, comme la question du salut dans le seul nom de Jésus-Christ, les valeurs éthiques communes comme lieu d’une réflexion théologique ou le leadership ecclésial en lien avec les théories du développement humain ou le coaching. Un comité scientifique a été mis en place en vue de la publication des Actes du congrès de Beyrouth. Nous espérons ainsi pouvoir mettre à disposition une bonne partie des communications présentées à Beyrouth.

Au-delà de ces contributions riches et appréciées, un travail de théologie pratique de terrain a également été mis en place par la visite par petits groupes de différentes paroisses et le dialogue avec leurs responsables sur la base d’une grille d’analyse permettant de faire ressortir ce qui favorise le vivre ensemble. La mise en commun a pu rendre compte de la variété des approches non seulement entre catholicisme, orthodoxie et protestantisme, mais aussi à l’intérieur de ces catégories confessionnelles. Chaque matin, les temps de prière en commun selon différents rites ont aussi contribué à ne pas faire que réfléchir sur le vivre ensemble mais également de le vivre réellement et concrètement. Sans parler du fait qu’un tel congrès est une belle opportunité de socialiser, de partager entre théologiens pratiques de différents univers géographiques et confessionnels. Et bien sûr de découvrir quelques-unes des richesses d’un Liban attachant et impressionnant à de multiples égards, que ce soit au travers des visages, mais aussi des vieilles pierres comme à Byblos ou à Baalbeck par exemple.

Ce congrès a enfin été l’occasion de renouveler le conseil d’administration de la SITP. C’est Karlijn Demasure (Ottawa) qui a été élue présidente. Gabriel Monet (Collonges-sous-Salève) a été reconduit dans ses fonctions de secrétaire général. Dans le conseil, ils seront entourés de Simon-Pierre-Iyananio (Laval), Arnaud Join-Lambert (Louvain-la-Neuve), Wardé Maksour (Beyrouth), Joël Molinario (Paris) et Jean-Patrick Nkolo Fanga (Yaoundé). Une appréciation appuyée a été exprimée à Hans Strub, le président sortant, pour le travail magnifique et dévoué accompli depuis de longues années dans les différentes fonctions qu’il a eues au sein de la SITP. Ont également été remerciés Pierrette Daviau et Jean-Guy Nadeau pour leurs contributions appréciées dans le Conseil sortant.

L’assemblée générale de la SITP a suivi la proposition du Conseil sortant consistant à avoir dorénavant un congrès tous les deux ans. Conformément aux statuts de la SITP, le mandat du Conseil nouvellement nommé sera donc également d’une durée de deux ans. Il a été décidé que le prochain congrès serait organisé dans la région de Bruxelles, en juin 2014. Le thème retenu devrait être « Pouvoir, figures d’autorité et leadership ecclésial ». Nous nous réjouissons de ce que prépare l’équipe motivée (issue des Universités catholiques de Louvain-la-Neuve et de Leuven ainsi que de l’Institut Lumen Vitae de Bruxelles) qui travaille d’ores et déjà sur ce prochain événement.

Colloque International de Théologie Pratique
Yaoundé, Cameroun
5 au 27 octobre 2011

Thème
les pratiques de réconciliation

Organisé par la SITP et par l’Université catholique du Congo (UCC) et l’Université protestante au Congo (UPC)

La SITP a initié un colloque sur les pratiques de réconciliation à Yaoundé du 25 au 27 octobre 2011.

Ce colloque a été organisé notamment afin d’intensifier la collaboration et la relation avec les collègues Africains. En collaboration avec l’UPAC (Université Protestante d’Afrique Centrale) et l’UCAC (Université Catholique d’Afrique Centrale), ce colloque a rassemblé de nombreux théologiens (venus de neuf pays d’Afrique francophone) autour d’un sujet manifestement porteur. Près de 150 participants étaient présents le premier jour à l’UPAC et plus de 200 le deuxième jour à l’UCAC, et c’est dans une ambiance très cordiale mais néanmoins studieuse qu’on été présentées 11 conférences auxquelles se sont ajoutées des ateliers et une table ronde. Une déclaration finale a été adoptée à l’unanimité des participants qui ont donc non seulement réfléchi aux enjeux liés aux pratiques de réconciliation mais aussi désiré s’engager dans un chemin de réconciliation à un triple niveau (personnellement, au niveau de l’enseignement et ecclésialement). Vous pouvez lire cette déclaration en cliquant ici, ou en lisant ci-dessous… où vous trouverez également les sujets des conférences, ainsi que quelques photos. Un grand merci à tous ceux qui ont rendu possible ce colloque et y ont apporté leur contribution ou leur présence.