11e Congrès international
de la SITP

Fribourg, Suisse

30 mai au 3 juin 2018

Thème
Tout, tout de suite. Parole de Dieu et médiations chrétiennes dans une culture de l’immédiateté

Annoncer librement et sereinement la Parole de Dieu n’est plus une évidence dans notre société post-moderne. A la complexité des paramètres à prendre en considération dans tout acte de transmission, s’ajoute une confrontation à la réalité de l’évolution culturelle, numérique et anthropologique actuelle. Dans ce contexte, les praticien(ne)s en terrain ecclésial et académique ont besoin de prendre du recul par rapport à leurs pratiques pour mieux en cerner les enjeux, les limites et les risques. Pourquoi et comment faire entendre la voix de Dieu et (faire) percevoir sa présence au milieu des évolutions actuelles, dans une culture de l’immédiateté et avec des canaux de transmission en pleine mutation ? Le Congrès s’interrogera sur le statut de la Parole de Dieu en régime chrétien et évaluera les médiations possibles pour que la voix de Dieu puisse rester audible dans le monde d’aujourd’hui.
Le Congrès 2018 de la Société Internationale de Théologie Pratique souhaite se consacrer à l’exploration, à la compréhension et à l’interprétation théologique du statut de la Parole de Dieu et de ses médiations au sein d’une société de l’immédiateté, où l’homme contemporain ne croit plus que Dieu parle et n’en voit plus l’utilité ni la pertinence
 Dans un questionnement pratique, nous proposerons des analyses fondées sur des pratiques actuelles de médiations de la Parole et de la foi de différents ordres (pastorales, spirituelles, sociales), dans leurs dimensions interpersonnelles, communautaires, ecclésiales, oecuméniques et missiologiques. En quoi les médiations retenues sont-elles des ouvertures à la Transcendance et à la Parole ? Quelles médiations laissent-elles parler Dieu, lui permettent-elles « d’en placer une » ? Quelles autres, au contraire, lui font plutôt obstacle ? Quelles sont les ressources actuelles pour dire la foi et la Parole.
2
 D’un point de vue plus fondamental et théologique, nous présenterons des réflexions sur le statut de la Parole de Dieu, sur sa performativité aujourd’hui et sur la pertinence de ses divers langages. À quoi sert-il de lire la Parole de Dieu aujourd’hui ? Comment rendre les différents langages de la Parole féconds les uns par rapport aux autres ?
 Comme la célébration catholique de la Fête Dieu (fête du saint sacrement et de l’eucharistie), avec ses différents langages, tombe le 2e jour du Congrès, nous inviterons tous les participant(e)s à y prendre part (le jeudi matin 31 mai), en guise d’immersion dans une pratique en direct. Nous en ferons, l’après-midi, une relecture de manière oecuménique. Puis nous nous proposons d’offrir ce même jour plusieurs mises en oeuvre de pratiques et de médiations multiculturelles (de la Parole et des sacrements) à travers les continents représentés à la SITP.
 Au plan méthodologique, nous commencerons par nous interroger sociologiquement sur les enjeux de la transmission dans une société de l’immédiateté et sur la performativité des médiations pastorales et ecclésiales (mercredi). Puis, après les expériences du jeudi, nous procéderons à des allers et retours inductifs / déductifs entre la relecture des pratiques de médiations et leurs incidences en théologie pratique (vendredi et samedi). De façon régulière, après chaque demi-journée et chaque salve d’ateliers, nous tenterons des synthèses intermédiaires et une conclusion le dimanche après-midi, destinées à dégager quelques pistes prospectives prioritaires.
Tel que suggéré dans la problématique et l’énoncé des perspectives, la démarche du Congrès fera la part belle aux pratiques et aux ressources mises en oeuvre pour dire Dieu aujourd’hui, le jeudi et lors des deux ensembles d’ateliers du vendredi après-midi et du samedi après-midi. Elles seront articulées avec des exposés au début et à la fin du Congrès et durant les deux matinées.
1. Le jeudi, il s’agirait de proposer des expériences de mises en oeuvre (20 minutes) dans différentes régions du monde (à visionner en vidéo ou à réaliser sur place), articulant une série de langages (comme la Fête Dieu le matin).
2. Le vendredi après-midi et le samedi après-midi, les ateliers de travail regrouperaient 3 à 4 petites présentations (de 15 à 20 minutes chacune), groupées selon leurs modalités, élargies ensuite par un échange avec les participant(e)s en vue de construire un discours de théologie pratique sur le sujet abordé.
3. Quant au mercredi et dimanche après-midi et aux deux matinées du vendredi et samedi, elles permettront de traiter les axes sociologique et théologique des médiations de la Parole dans notre société de l’immédiateté, sous forme de conférences (30 à 35 minutes) suivies d’une interaction entre les intervenants et la salle / les participants.
Si vous êtes membre de la SITP, C’est donc dans cet esprit qu’il vous est demandé
– Si vous désirez proposer une contribution,
– et dans quel style vous souhaitez la présenter (expérience, atelier ou conférence).
Le Comité scientifique tiendra compte de ces balises pour accepter les propositions et structurer la démarche globale du Congrès, la répartition des interventions, ainsi que l’horaire.
3
Les propositions de contributions sont à envoyer avant le 10 septembre 2017 à François-Xavier Amherdt (francois-xavier.amherdt@unifr.ch) (titre, 10 lignes de problématique, style de contribution, 2 lignes de présentation personnelle).
Il sera possible :

  • d’envoyer une conférence enregistrée (audio ou vidéo) ;
  • de participer au Congrès in abstentia en vidéoconférence ;
  • de consulter les conférences et les ateliers filmés et disponibles en direct ou en léger différé sur une application telle que Périscope.

Veuillez donc nous signaler :

  • dans la réponse à l’appel à contribution : si vous pensez transmettre la vôtre enregistrée (audio / vidéo) ;
  • dans votre inscription : si vous envisagez participer au Congrès par vidéoconférence.
La ville bilingue de Fribourg (Frei-burg, cité libre en allemand) est la capitale du canton du même nom. Elle se situe à la frontière linguistique entre les parties alémanique et romande de la Suisse. Elle doit son charme notamment à la falaise qui surplombe la rivière (la Sarine) au sommet de laquelle est bâtie sa splendide cathédrale dédiée à saint Nicolas de Myre, et au pied de laquelle gît une « basse-ville » haute en couleurs.
La Faculté de théologie (fondée en 1890) est la plus ancienne des cinq Facultés de l’Université d’État, elle aussi complètement bilingue, qui compte plus de 10’000 étudiants, soit une proportion impressionnante par rapport à la taille de la cité (35’000 habitants). La Faculté est confiée à l’ordre des frères prêcheurs (10 professeurs sur 20) et elle est régie par une convention entre le Général des dominicains, la Conférence des évêques suisse et l’État de Fribourg. Elle compte environ 400 étudiants, dont près de 160 doctorants. Ses pôles principaux de recherche et d’excellence se situent dans la critique textuelle de la Bible, la théologie dominicaine, le dialogue oecuménique (notamment avec les orthodoxes) et interreligieux (avec le Centre suisse Islam et société) et le Centre d’études pastorales et liturgiques comparées (entre les trois aires linguistiques de pays). Elle forme l’ensemble des agents pastoraux laïcs (à plein temps), diacres et prêtres des diocèses de Suisse romande (et quelques-uns des diocèses alémaniques), ainsi que de nombreux religieux(ses) des congrégations ayant une maison de formation dans la ville et de nombreuses personnes laïques intéressées, menant une quête de sens existentiel et spirituel. Elle comporte deux voies d’études : en théologie et en étude du christianisme et des religions. Elle permet toutes sortes de combinaisons avec des domaines d’études des autres Facultés. Voir site : http://www3.unifr.ch/home/fr/.
Le lieu d’hébergement, « Domaine Notre-Dame de la Route » à Villars-sur-Glâne (à 5 minutes en bus du site de l’Université Miséricorde, voir le descriptif en pièce jointe) est une maison de formation et de retraites jésuite, désormais confiée à une association privée. Elle bénéficie d’un superbe jardin, de grandes possibilités de promenades et d’une chapelle « originale ». Elle est donc d’une conception un peu « ancienne », mais les chambres et les locaux viennent d’être refaits à neuf. Voir site : http ://www.domaine-ndr.ch.
  • Les propositions de contributions à envoyer avant le 10 septembre 2017.
  • La confirmation des contributions retenues est prévue pour la mi-novembre 2017.
  • Le programme définitif et les formulaires d’inscriptions seront disponibles sur le site de la SITP dès février 2018.